e-Shop

Il est possible que le site ne s’affiche pas correctement.

Vous utilisez un navigateur qui n’est pas supporté par le site de Meier Tobler, ce qui peut entraîner des erreurs d’affichage.
Merci d’utiliser un navigateur plus récent pour profiter au mieux de notre site.

Faits et calendrier des fluides frigorigènes

Face aux avancées technologiques et à la nouvelle législation, les pompes à chaleur utilisant des fluides frigorigènes naturels sont de plus en plus nombreuses sur le marché. Cette évolution soulève de nombreuses questions auxquelles nous répondons ici.

  • Quels sont les fluides frigorigènes utilisés dans les pompes à chaleur vendues aujourd'hui ?

    Actuellement, les fluides frigorigènes synthétiques sont encore utilisés dans un certain nombre de pompes à chaleur. Meier Tobler a d'ores et déjà fait passer plusieurs pompes à chaleur au fluide frigorigène naturel R290 (propane).

    Le fluide frigorigène est l'élément central de toute pompe à chaleur. Il absorbe la chaleur de l'environnement et se transforme en gaz. Il transmet ensuite la chaleur au circuit de chauffage et redevient liquide. Les fluides frigorigènes synthétiques utilisés aujourd'hui dans les pompes à chaleur ont des propriétés physiques adaptées (pression, température, état physique) et ne sont ni inflammables ni toxiques. Mais l'inconvénient de ces fluides frigorigènes est qu'ils peuvent avoir un impact sur le réchauffement climatique en cas de rejet dans l'environnement. Chaque fluide frigorigène est par conséquent associé à un potentiel de réchauffement global (Global Warming Potential). Un GWP de 1 correspond au potentiel d'effet de serre du CO2. Pour des raisons de protection du climat, l'Ordonnance sur la réduction des risques liés aux produits chimiques (ORRChim), en vigueur en Suisse, restreint progressivement dans les années à venir la mise sur le marché des fluides frigorigènes synthétiques.

  • Quel est le potentiel de réchauffement global (GWP) des fluides frigorigènes courants ?

    Chaque fluide frigorigène a son propre potentiel de réchauffement global (GWP). Le GWP des fluides frigorigènes couramment utilisés dans les pompes à chaleur va de 0 à plus de 2500.

    Voici quelques exemples de fluides frigorigènes utilisés actuellement :

    • R-410A : GWP 2088

    • R-407C : GWP 1774

    • R-134a : GWP 1430

    • R-290 : GWP 3

    L'industrie suit une feuille de route stricte pour la réduction des GWP. Les CFC et les HCFC (hydrofluorocarbures), qui ont un GWP élevé et présentent en outre un potentiel de destruction de l'ozone, sont interdits depuis longtemps.

    Dans le cadre de cette discussion, il ne faut pas oublier que le bilan CO2 d'une pompe à chaleur est nettement plus favorable que celui d'un chauffage à énergie fossile et que cette technologie apporte donc une contribution déterminante à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

  • À partir de quand ne pourra-t-on plus installer que des pompes à chaleur utilisant des réfrigérants naturels ?

    Cela dépend du type et de la puissance de la pompe à chaleur.

    En gros, on peut résumer ainsi :

    • Petites et moyennes puissances (maisons individuelles, petits immeubles résidentiels) à partir du 1.1.2027

    • Puissances élevées (grands immeubles résidentiels, industrie) à partir du 1.1.2030

    Il y a des exceptions lorsque les exigences de sécurité ne peuvent pas être respectées.

  • Les fuites de fluide frigorigène dans les pompes à chaleur sont-elles fréquentes ?

    La pompe à chaleur est un circuit fermé. Normalement, il n'y a pas de fuite de fluide frigorigène. L'étanchéité des pompes à chaleur produites industriellement est contrôlée avant la livraison et le contrôle d'étanchéité périodique obligatoire (à partir d'une charge de fluide frigorigène de 3 kg) permet en outre d'identifier et de réparer rapidement les fuites éventuelles.

  • Pourra-t-on continuer d'utiliser et de réparer à l'avenir les pompes à chaleur déjà installées qui fonctionnent avec un fluide frigorigène synthétique ?

    Oui, les pompes à chaleur avec un GWP < 2500 qui sont déjà installées et mises sur le marché avant la date d'interdiction peuvent être exploitées, entretenues avec des opérations de maintenance et si nécessaire réparées jusqu'à la fin de leur durée de vie.

  • Faut-il changer de fluide frigorigène sur les pompes à chaleur existantes ?

    Non. Les pompes à chaleur utilisant des fluides frigorigènes synthétiques qui sont déjà installées et mises sur le marché avant la date d'interdiction peuvent être exploitées, entretenues avec des opérations de maintenance et réparées si nécessaire pendant tout leur cycle de vie.

  • L'entretien et la réparation des pompes à chaleur actuelles qui utilisent des fluides frigorigènes synthétiques sont-ils garantis à l'avenir ?

    Absolument. Les règlementations à venir limitent ou interdisent uniquement la nouvelle installation de pompes à chaleur fonctionnant avec des fluides frigorigènes synthétiques. Le remplissage après une réparation ou une opération de maintenance est garanti pour longtemps. Une interdiction de remplissage avec les fluides frigorigènes synthétiques actuellement utilisés n'est pas prévue.

  • Existe-t-il déjà des interdictions de remplissage pour certains fluides frigorigènes ?

    Oui, à partir de 2030 pour les fluides frigorigènes ayant un GWP de 2500 ou plus. Ces fluides frigorigènes ne sont toutefois plus utilisés par l'industrie depuis longtemps et seules les installations très anciennes sont concernées.

  • Quelles règles s'appliqueront en Suisse dans les prochaines années ?

    Pour au moins les trois prochaines années, les pompes à chaleur utilisant des fluides frigorigènes synthétiques peuvent continuer à être mises sur le marché jusqu’à une puissance Qo < 600 kW. Les pompes à chaleur déjà installées ou vendues pendant cette période peuvent être exploitées, entretenues avec des opérations de maintenance et si nécessaire réparées pendant tout leur cycle de vie. Les détails sont régis par l'ORRChim.

    En Europe, en se référant au règlement révisé sur les gaz fluorés, la mise sur le marché de certains fluides frigorigènes dans certaines classes de puissance sera interdite au plus tôt à partir de 2027 (figure 1).

    Un groupe de travail de l'Office fédéral de l'environnement est en train d'élaborer avec l'industrie les modalités à intégrer dans la prochaine révision de l'ORRChim. La révision de l'ORRChim, qui est actuellement en discussion, entrera vraisemblablement en vigueur au 1er janvier 2026 et comportera probablement au minimum les restrictions indiquées à la figure 1.

    Le 1er janvier 2025, les modifications déjà décidées par le passé entreront en vigueur. Elles concernent entre autres le GWP < 750 pour les mono-splits avec une charge de fluide frigorigène < 3 kg.

  • Quels sont les fluides frigorigènes naturels existants ?

    R-170 Éthane C2H6

    R-290 Propane C3H8

    R-717 Ammoniac NH3

    R-718 Eau H20

    R-744 Dioxyde de carbone CO2

    R-600 Butane C4H10

    R-600a Isobutane C4H10

    R-1270 Propène C3H6

  • Quels sont les avantages et les inconvénients des fluides frigorigènes naturels ?

    Avantages:

    • Faible potentiel de gaz à effet de serre (GWP)

    • Pas d'appauvrissement de la couche d'ozone

    • Bonnes propriétés thermodynamiques (efficacité élevée et températures élevées de l'eau de chauffage)

    • Disponibilité

    • Prix avantageux

    Inconvénients:

    • Inflammabilité (p. ex. propane)

    • Toxicité (p. ex. ammoniac)

    • Pression élevée dans le système, exigences en conséquence pour les matériaux et composants (p. ex. dioxyde de carbone)

  • Pourquoi l'industrie n'est-elle pas passée plus tôt aux fluides frigorigènes naturels ?

    Ce changement est exigeant sur le plan technique. Les composants requis ne sont pas encore tous disponibles pour toutes les classes de puissance et les conditions-cadres légales ne sont pas encore toutes clairement définies. Le changement a également été freiné ces dernières années par des tensions sur les chaînes d'approvisionnement. L'industrie met cependant tout en œuvre pour pouvoir fournir en temps utile un nombre suffisant d'appareils d'ici l'entrée en vigueur des nouvelles règlementations.

  • Informations complémentaires